Chapitre 12: Pensée pour moi meme

10 décembre 3303: Journal de Board Alexandra Gidh J’avais demandé à Luc de m’emener voir de plus près l’épave du Cobra de John Jameson récemment découverte. … Jameson… l’INRA. Qui fut le héro ? Qui fut le bourreau? …Les esprits simples tranchent rapidement la question et se réfugient dans leurs jugements et leurs aprioris, confortant…

Chapitre 11: Un nouveau départ

13 décembre 3303 La rééducation avait commencé depuis deux semaines. Le docteur était satisfait de ses progrès: il avait recouvré l’usage de ses membres supérieurs grâce aux stimulations musculaires quotidiennes. Et même s’il n’était pas encore capable d’écrire correctement, les progrès se faisaient jours à chaque séance de travail. Alors que les électrodes s’affairaient à…

Chapitre 10: D’entre les morts

–Madame Gidh ? -Dites moi que vous avez une bonne nouvelle! -C’est imminent! Il ne va pas tarder à se réveiller. Ses signaux cérébraux s’amplifient d’heure en heure. Je pense que vous devriez venir maintenant! -Je fais aussi vite que je peux.   Je raccrochais et me tournais vers Luc:   –C’est le moment; il…

Chapitre 9: l’atout

15 novembre 3303 -Il est la ?… -Oui madame. Il est arrivé dans notre unité dès le lendemain de votre appel. L’équipe est en place, nous sommes en surveillance permanente de ses paramètres vitaux. -Vous êtes certain que personne n’est au courant? -Absolument. La couverture est bonne et personne ne viendra nous trouver là où…

Chapitre 8: Prémonition

5 Novembre 3302, système GD 1192 … J’avais du perdre connaissance à ce moment là. Au moins j’étais encore en vie, et mon statut de porte-parole du nouveau Consilium devrait convaincre le capitaine de ce vaisseau de me ramener à bon port. Enfin, une fois que je l’aurai trouvé évidemment. Je n’avais que rarement arpenté…

Chapitre 7 : Oudjat le sauveur

5 Novembre 3303, système Poséidon “Nooooooooooooooooon !!!!!” J’étais en train de chuter dans un puits sans fond, dans l’obscurité la plus totale. J’essayais tant bien que mal de me rattrapper aux parois mais je ne trouvais aucune prise. Mes ongles glissaient comme sur des vitres immenses. Je sentais la peur m’envahir, m’attendant à tout instant…